Dans la presse

Et à la fin, c’est nous qu’on a gagné !

Mais qui c’est « nous » ? Tous les méchants de la douce Amboisie ? Tout ce que la Touraine compte d’affreux réactionnaires ? Ou tout simplement tous ceux qui pensent que la démocratie impose une certaine morale en politique et notamment de respecter l’avis de la majorité ?

Remarquons tout de même la désormais traditionnelle petite référence aux méchants anti-fusion de Saint-Ouen-les-Vignes, qui, non content d’avoir menti aux Audoniens, se sont avidement jetés sur de nouvelles proies pour leur raconter des fariboles fiscales… Merci pour eux…

En tout cas, bravo aux Lussaudiers d’avoir fait connaître haut et fort leur opinion que personne n’avait jugé utile de leur demander.

29136486_10156163286909798_7616994692659412992_n

logo_de_la_nouvelle_rc3a9publique_du_centre-ouest_2008_c3a0_aujourde28099huiLa fusion entre Amboise et Lussault tombe à l’eau

Publié le  | Mis à jour le 

 5aac75f2459a45f4058b4595
Georges Ramuscello, maire de Lussault, lors du conseil municipal de jeudi. 
© Photo NR

Parce qu’il sent une “ profonde division des gens ”, le maire de Lussault préfère reporter le projet de fusion avec Amboise.


Cinq mois après l’annonce des fiançailles, le mariage entre Lussault-sur-Loire et Amboise vient d’être annulé. La fusion entre ces deux communes ligériennes, proches voisines, était prévue pour le 1er janvier 2019, mais elle tombe à l’eau. C’est le maire de Lussault, Georges Ramuscello, qui l’a annoncé jeudi soir (1), après le conseil municipal, en lisant un communiqué bref et sans ambiguïté : « Il n’y aura pas de consultation, le projet est reporté, je vous en donne ma parole », a-t-il déclaré devant une salle comble. Cela faisait très longtemps qu’un conseil municipal n’avait pas connu une telle affluence !
“ La déception l’emporte mais la vie continue ”
Et pour cause. Depuis son annonce, fin octobre 2017, ce projet de fusion était devenu le sujet principal des conversations dans le village. Il ne faisait pas l’unanimité au sein du conseil municipal, l’adjoint aux finances y étant opposé. Le collectif Lussault vigilance était monté au créneau (2), en faisant circuler une pétition qui réclamait la tenue d’une « consultation générale de la population, comme la loi le permet ». Ce texte a été signé par 287 habitants, ce qui est beaucoup, ramené à la population totale de Lussault, composée de 750 âmes.
Le maire l’admet : cette mobilisation a pesé dans sa décision. Il craignait que la situation et l’ambiance se dégradent. L’échec de la fusion entre Saint-Ouen-les-Vignes et Montreuil-en-Touraine constitue un précédent redouté, en Amboisie.
Or, pour le maire de Lussault, un climat serein est indispensable pour mener à bien une telle entreprise, et les conditions n’étaient pas réunies. « Cette décision va nous permettre de resserrer les rangs », a-t-il encore déclaré publiquement, jeudi. La question se posera peut-être aux prochaines municipales, lui ne se représentera pas.
Joint par téléphone hier matin, il analysait : « Bien sûr, la déception l’emporte, mais la vie continue. Nous allons faire le job le mieux possible, encore pendant deux ans. » Les impôts n’augmenteront pas, il n’y aura pas de nouveaux emprunts, Lussault n’a pas les moyens d’entreprendre de gros travaux. Le maire le regrette et maintient que le contexte global des finances des petites communes plaide en faveur des fusions.
Las ! Beaucoup d’habitants ne l’entendent pas de cette oreille, tant ils craignent d’être absorbés tout cru par la grande voisine. (lire l’encadré « réactions »). Mais le maire de Lussault le répète aujourd’hui : « Notre commune n’aurait pas été dissoute, notre projet était de garder une commune déléguée, avec un budget délégué, sur le modèle de ce qui s’est fait entre Montrichard et Bourré en Loir-et-Cher. »
(1) : Lire notre article de jeudi sur http://www.lanouvellerepublique.fr (2) : Les anti-fusion qui avaient milité à Saint-Ouen-les-Vignes sont intervenus à Lussault, indique le maire, en diffusant des « arguments péremptoires notamment en matière de fiscalité », ce qu’il regrette.

réactions

> Collectif Vigilance Lussault. « C’est une grande satisfaction, le maire a pris une décision courageuse. Le projet de fusion a été annoncé avec un timing précis, on nous a mis devant le fait accompli, on nous a dit : “ En janvier, vous serez Amboisiens ”. La disproportion entre les deux communes a fait craindre une absorption. On aurait perdu notre identité. On ne demande rien. On vivote, mais on est content de vivoter. »
> Christian Guyon, maire d’Amboise. « Je n’en veux pas au maire de Lussault. Mais je regrette que cela ne se fasse pas, car les habitants de Lussault auraient pu bénéficier d’une qualité de services qu’ils n’ont pas pour l’instant, quoi qu’ils en disent. Cette fusion, je la voyais comme un geste de solidarité. Elle aurait débouché sur une importante bonification des dotations de l’État, dont la plus grosse partie aurait bénéficié à la population de Lussault. Amboise peut continuer à vivre. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :