Dans la presse

L’hallucinant communiqué du groupe écologiste du Val d’Amboise

On le sait depuis longtemps maintenant, tous les avis sont dans la Nouvelle République. D’ailleurs c’est tellement vrai qu’à l’heure où les Audoniens espèrent définitivement solder le projet de fusion de certains membres du conseil municipal, le journal local donne l’avis que tout le monde attendait : celui du groupe écologiste du Val d’Amboise.

Il y a peut-être un débat à la Nouvelle République mais chez les Audoniens il n’y a jamais eu de débat, faute de débattants…

dali-alice-pays-merveille-livre-illustration-03-575x840

1. Vous avez dit écologistes ?
 Allons au but : le propos des écologistes est tout simplement étonnant, ainsi on peut lire dans leur communiqué qu’une commune nouvelle à l’échelle de la communauté de communes permettrait de :

Trouver la bonne échelle de service public

Que voilà de jolis mots pour déclarer solennellement qu’une commune nouvelle permet de supprimer des services publics dans les petites communes. Les Audoniens l’ont compris depuis bien longtemps au sujet de l’école, de la mairie ou du point poste. Ce qui est plus étonnant c’est que des écologistes soutiennent cette idée, synonyme de distances plus grandes et donc de pollution plus importante.

Les écologistes imagineraient-ils que l’heure est à la création de nouveaux services publics ? Non, cela ne se peut pas, ce serait trop naïf…

2. Vous avez dit cohérent ?

Mais il ne s’agit là que d’un échauffement car la suite du communiqué semble totalement à rebours de l’expérience et du bon sens :

l’échelon intercommunal est le plus pertinent pour mener des politiques publiques solidaires

Autrement dit, plus on est loin, plus on ajoute des intermédiaires et plus la structure est grosse plus on est proche du terrain…

3. Vous avez dit compréhensible ?

Mais ce n’est qu’après qu’arrive le chef d’oeuvre du communiqué des écologistes, mêlant nov-langue dépourvue de sens, méconnaissance du statut des communes nouvelles et aveuglement quant à la réalité du fonctionnement d’une communauté de communes :

il est nécessaire d’avoir une vision intercommunale renforcée en engageant le “ saut fédéral intercommunal ”. […] L’échelon intercommunal doit être celui du progrès démocratique, en mettant en place une organisation politique qui garantisse l’exercice d’une gestion collective, transparente et co-élaborée avec les citoyens et les organisations de la société civile, notamment en modernisant et renforçant le rôle du conseil de développement afin d’en faire une véritable chambre du territoire.

Il faudrait commencer par demander d’expliquer en termes compréhensibles et avec des exemples concrets ce que signifie tout ceci. Les grandes phrases creuses, ça va bien !

Opposer l’échelon intercommunal, présenté comme celui du progrès démocratique, à l’échelon communal est pour le moins paradoxal quand on compare le fonctionnement des deux types de collectivités, la communauté de communes ne brillant pas par sa puissance démocratique mais étant un moyen de concentrer les pouvoirs sur peu de personnes afin d’avoir un fonctionnement plus fluide, moins contrarié, plus homogène, c’est-à-dire moins démocratique…

4. Vous avez dit débat ?

Mais le plus ahurissant n’est peut-être pas encore là mais bien dans le fait que le journaliste évoque un débat. Un débat ? Où ça ? Dans les pages de son journal ? Où est l’article évoquant les vingt banderoles dans le village de Saint-Ouen-les-Vignes ? Où est l’article évoquant la balade des banderoles et le lancement de la consultation des Audoniens ? Nous avons pourtant évoqué une heure durant avec monsieur Ivan Roulet l’actualité sur la commune et le projet de consultation au début du mois de novembre.

Jamais le Collectif et les Audoniens qui le soutiennent, n’ont eu droit à un article exposant avec rigueur et de manière compréhensible leurs objectifs et leurs revendications. Admettre la légitimité de nos réserves sur le projet et accepter de transcrire fidèlement nos arguments aurait été un premier pas vers un  » débat » qui aurait pu alors avoir lieu.

Petit rappel avec la profession de foi du Collectif :

Aujourd’hui l’heure n’est plus au débat mais au rejet massif de la part des Audoniens, un coup d’œil aux résultats de la consultation le montre et ceci précisément parce qu’il n’y aura jamais eu de débat mais des phrases comme celles des écologistes qui, lorsque l’on creuse un peu, montrent le néant sur lequel elles sont bâties.

5. En conclusion

Le Collectif a un scoop : les dotations aux collectivités locales vont continuer à baisser ! Ceci veut dire que chercher toujours plus à faire grossir les communes pour bénéficier de nouvelles dotations plus importantes et permettant donc de survivre n’est pas une solution responsable, écologique et solidaire. Tout cela est le même modèle que celui emprunté dès les années soixante par l’agriculture avec la PAC. Chacun en voit le résultat aujourd’hui avec un monde rural à l’agonie.

Agrandir toujours la dépendance des communes aux dotations n’est pas une solution et permet juste un endettement toujours plus important et mortifère. La solution pour les collectivités locales est à rechercher dans la solidarité et la démocratie, la vraie, celle qui prend en compte l’avis des citoyens pas celle qui impose.



logo_de_la_nouvelle_rc3a9publique_du_centre-ouest_2008_c3a0_aujourde28099huiFusions : le point de vue des écologistes

Publié le  | Mis à jour le 

 

Montreuil-en-Touraine et Saint-Ouen-les-Vignes, Amboise et Lussault-sur-Loire, le groupe écologiste du Val d’Amboise intervient dans le débat sur les fusions de communes du Val d’Amboise. Il considère que ces projets s’opèrent avec « une absence de vision collective à l’échelle du Val d’Amboise… L’enjeu du processus de fusion de communes est de trouver la bonne échelle de gestion des services publics », posent ces militants, qui estiment que « l’échelon intercommunal est le plus pertinent pour mener des politiques publiques solidaires ». Selon eux, « il est nécessaire d’avoir une vision intercommunale renforcée en engageant le “ saut fédéral intercommunal ”. […] L’échelon intercommunal doit être celui du progrès démocratique, en mettant en place une organisation politique qui garantisse l’exercice d’une gestion collective, transparente et co-élaborée avec les citoyens et les organisations de la société civile, notamment en modernisant et renforçant le rôle du conseil de développement afin d’en faire une véritable chambre du territoire. » Pour eux, la « fusion » doit donc s’opérer à l’échelle du périmètre de la communauté de communes du Val d’Amboise, « en intégrant toutes les communes du territoire au sein d’une seule assemblée, élue au suffrage universel direct dans le respect des circonscriptions communales. »
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :