Analyses

Les regroupements scolaires : cas concret de l’école de Pin-la-Garenne

Si l’on se fie aux déclarations du rapporteur du groupe de travail écoles-cantines la commune est seule à décider de l’avenir de son école. Il n’y aurait donc pas lieu de donner crédit une seconde aux propos alarmistes et volontairement complotistes du Collectif.

Et pourtant, nous sommes au regret de devoir, encore une fois, contredire ces propos. Non que ce soit un plaisir pour nous, après tout nous aussi nous aimerions vivre dans un monde simple et binaire où aucun travail de recherche ne se montrerait indispensable avant d’envisager une chose aussi importante que de faire disparaître un village. Un monde où le simple fait de dire quelque chose suffit à le rendre réel, comme pour les hommes politiques à la télévision mais, et c’est notre défaut principal, nous ne pouvons nous empêcher de vérifier ce qui est dit et de rechercher dans le monde réel ce qu’il en est.

Nous sommes ainsi tombés sur un exemple concret qui, et nous le déplorons, ne confirme pas la vision des conseillers municipaux pro-fusion.

19366260_296219627509527_1084353948503153980_n

Voilà des gens qui ont de bonnes mines de complotistes… Membres du Collectif peut-être ?

Lire la suite

Publicités