Analyses

Compte rendu du conseil municipal du 16 février (première partie): de la transparence mais  pas trop…

Encore une fois le conseil municipal aura donné lieu à quelques scènes surréalistes. La première d’entre elles au sujet de la transparence démocratique.

« Il en faut ! » jurent les conseillers municipaux… « quand c’est nécessaire seulement » serait-on tenté d’ajouter.

Résultat de recherche d'images pour "devin shadok"

Résultat de recherche d'images pour "shadok"

Après l’ordre du jour du conseil municipal, traité très rapidement, vint le tour des questions diverses et donc l’évocation des groupes de travail.

C’est madame le maire qui avait une question à ce sujet. En effet, elle a d’abord signalé qu’elle avait échangé au téléphone avec monsieur Padiolleau qui lui avait annoncé son intention de ne pas diffuser les comptes-rendus consécutifs aux réunions des groupes de travail. Elle a ensuite demandé aux membres du conseil municipal ce qu’ils en pensaient eux-mêmes, expliquant qu’elle craignait que ce qui y était écrit soit mal interprété par certaines personnes (ah bon ? Lesquelles ?).

Résultat de recherche d'images pour "inspecteur clouzot"

Un indice peut-être ?

Autrement dit, il était question de revenir sur un engagement de transparence qui avait été pris lors du dernier conseil municipal au motif que les citoyens pouvaient se tromper en lisant ce qui était écrit ou pouvaient être trompés par d’autres… Hum, hum, le mystère est épais… Peut-être le travail du groupe ressources humaines est-il particulièrement problématique (nous y reviendrons plus tard)…

Les conseillers municipaux ont été unanimes pour dire qu’il était injustifiable de revenir sur ce qui avait été dit et que le fait de ne pas publier les comptes rendus ne pouvait qu’amener plus de flou à la situation.

Les conseillers municipaux doivent être remerciés de s’être opposés à ce nouveau reniement et de s’être portés garants d’un minimum de transparence. Toutefois nous pouvons tirer deux enseignements de cet épisode :

  •  Premièrement que la gestion des groupes de travail et de leur  rôle est toujours totalement opposée entre Saint-Ouen-les-Vignes et  Montreuil-en-Touraine. Il semble incroyable que deux communes puissent vouloir fusionner en ne réussissant à ce point pas à communiquer et se mettre d’accord sur quoi  que ce soit!
  • Deuxièmement que ce qui a été obtenu par les Audoniens grâce à l’action collective, constructive, patiente et acharnée menace à chaque instant de s’effondrer au gré du bon vouloir de certains !

Mais ces gages de bonne conduite démocratique doivent malheureusement être minorés par le fait que lorsque madame le Maire a annoncé la tenue d’une réunion de cadrage à propos des groupes de travail le mardi 28 février entre les deux conseils municipaux, personne n’avait rien à ajouter sur le sujet.

En effet, le Collectif déplore que personne n’ait jugé utile de faire remarquer qu’il était discutable que les administrés inscrits aux groupes de travail ne soient pas conviés à cette réunion qui va avoir une importance considérable pour la suite des événements, parce que les décisions qui y seront prises seront donc unilatérales. Rappelons que des Audoniens et Montreuillois se sont investis dans ce travail, donnent de leur temps et de l’énergie pour tenter faire avancer le travail de ces groupes, mais les mairies ne les convient pas à toutes les réunions et prend des décisions sans eux. Cela n’est pas respectueux de leur personne, ni même de l’ensemble des habitants des deux villages auxquels les mairies veulent faire croire à de la transparence. On peut alors se demander quel est réellement le rôle des administrés inscrits à ces groupes de travail :  N’auront-ils pas finalement eu pour seule utilité de permettre aux mairies de dire qu’elles ont associé les habitants au projet ? Que va-t-il se dire à cette réunion ? Quelles consignes les conseillers municipaux vont-ils recevoir à propos de la façon dont ils vont devoir cadrer les groupes de travail ? Cette réunion n’étant pas publique, personne ne le saura.

Cela est d’ailleurs tellement vrai que des courriers ont déjà été envoyés aux mairies par des administrés inscrits à des groupes de travail pour dénoncer cette situation et protester contre ce qui a été perçu comme un profond manque de respect et de sincérité dans une démarche transparente et démocratique.

Alors, où le curseur de la transparence a-t-été placé par la municipalité ? Au niveau « lorsque c’est strictement obligatoire » serait-on porté à croire. N’est-il pas tout simplement temps de mettre fin à cette mascarade et à tous ces faux semblants ? N’est-il pas temps de dire stop à ce projet de fusion,  étant donné que ce qui se passe ne ressemble à rien d’avouable ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s