Analyses

Anthony Savale, maire de Chemilli: un élu qui ne se cache pas derrière des faux semblants.

Lorsqu’un projet de fusion en commune nouvelle arrive sur son bureau, le maire de Chemilli ne s’est pas défilé devant ses responsabilités. Il n’a pas nié ou caché les problèmes démocratiques que posaient une fusion, il a refusé les arguments tous prêts qui ne tiennent pas la route (peser davantage…) et s’est efforcé d’agir en personne consciente des responsabilités qui lui avaient été confiées par les électeurs: ce seront les habitants qui auront le dernier mot car en démocratie le peuple est souverain!

logo

Communes nouvelles : le maire prêt à s’en remettre à un référendum local

Anthony Savale se dit prêt à s’en remettre aux habitants pour décider de l’avenir de sa commune.

02/02/2016 à 11:25 par amine.el-hasnaouy

Le maire de Chemilli, Anthony Savale, ne veut pas sacrifier l'histoire de la commune au profit d'un « opportunisme fiscal ». -
Le maire de Chemilli, Anthony Savale, ne veut pas sacrifier l’histoire de la commune au profit d’un « opportunisme fiscal ».

Interview. Nombreux sont les maires à avoir évoqué la réforme territoriale à l’occasion des vœux à la population : fusion des communautés de communes et surtout création de communes nouvelles. Dans le petit village de Chemilli, le maire Anthony Savale s’en remet aux habitants. « L’équipe municipale que je conduis n’avait pas, dans ses projets, prévu de passer à cette étape. Mais le débat existe sur notre territoire et je ne priverai pas les habitants de Chemilli de la parole sur le sujet. »

« Rendez-vous citoyen »

Ce vendredi 5 février, à 18 heures, le maire invite les habitants à rejoindre le conseil municipal pour « un rendez-vous citoyen », afin d’entendre leur position et répondre à leurs interrogations.

« Si une opinion ne se dégage pas très clairement, avait-il indiqué à la cérémonie des vœux, nous n’excluons pas d’organiser un référendum local. C’est à nos habitants de décider des choix irréversibles de leur avenir. »

Le Perche. Des communes nouvelles voient le jour. Pourquoi Chemilli n’est pas encore dans cette logique de regroupement ?

Anthony Savale : « La question du regroupement des communes est en effet un sujet d’actualité. Lors des dernières municipales à Bellême, c’était une proposition d’un des candidats. Ensuite, au sein de la CDC du Pays bellêmois, nous avons eu des séances de travail sur le sujet, mais il n’y avait pas de ferveur particulière. »

« Le sujet des fusions de CDC a ensuite accaparé notre énergie. Puis, le sujet est revenu sur le terrain avec une proposition des communes du Gué-de-la-Chaine, La Perrière, Origny-le-Butin et Vaunoise. A la demande de certains de mes collègues, on nous a sollicités puisque nous étions, de toute façon, dans une logique de mutualisation. »

« Le préalable pour que Chemilli intègre ce groupe était l’existence d’un projet commun et pas seulement de ne pas laisser passer une carotte fiscale. »

Mais n’avez-vous pas peur que Chemillise retrouve isolée ?

« Si nous adhérions à un projet de commune nouvelle, c’est que nous aurions la conviction que l’histoire de notre village et l’avenir de ses habitants seront préservés. Dans le cas contraire, nous avons les moyens de continuer notre petit bonhomme de chemin. »

Notamment au sein de la communauté de communes du pays bellêmois où les communes nouvelles auront plus de poids ?

« La question de la représentativité de nos villages est un vrai et un faux problème. La création d’une commune nouvelle fait disparaître juridiquement les communes historiques et donc ses représentants. On additionne les populations des communes historiques et cela détermine un nombre de délégués dans le conseil communautaire. Les simulations démontrent que le nombre de délégués diminue mécaniquement par la création de la commune nouvelle. Le siège minimum attribué à chaque commune n’est plus de droit. »

« Communes historiques »

« Sur le projet qui nous occupe d’une commune nouvelle à huit on passerait de neuf délégués de droit à cinq délégués. Ces cinq délégués seront choisis par le nouveau conseil municipal donc trois communes historiques au minimum ne seront plus représentés au conseil communautaire. Ce qui est logique car on est sur un nouveau territoire. »

« De plus, on part du postulat que les cinq délégués seront unis. Or, en 2020, il s’agira d’une élection avec un scrutin de liste et donc potentiellement une opposition municipale. Alors qu’indéniablement des petites communes peuvent être unies sur des sujets de fonds. »

Les communes vont pourtant permettre d’obtenir certains avantages prévus par la loi. Vous risquez de passer à côté, non ?

« Il ne s’agit pas d’avantages, il s’agit de maintenir une dotation pour trois ans et un bonus de 5 %. Mais au bout des trois ans, la baisse des dotations reprendra. A Chemilli, nous avons anticipé la baisse des dotations en renégociant tous nos contrats, en modifiant nos façons de travailler pour faire mieux avec moins. »

« Et je le répète, la création d’une commune nouvelle est un trop beau projet que pour seulement s’attacher à un opportunisme fiscal.

Ce vendredi 5 février, vous invitez les habitants à un « rendez-vous citoyen » pour recueillir leur avis. C’est ce qui vous décidera à organiser un référendum local ?

« L’idée de ce rendez-vous citoyen repose sur la volonté de donner la parole aux habitants de la commune sur les choix du futur sur lesquels nous n’avions pas fait campagne. Les électeurs de Chemilli nous ont élus pour un certain nombre de thèmes, la création d’une commune nouvelle n’en faisait pas partie. »

« Dialogue »

« Aussi, je crois légitime qu’ils expriment sur le sujet. Je crois que le dialogue permettra de répondre aux questions et attentes des habitants sur le sujet. »

« Si cette réunion rassemble peu de personnes, les élus prendront leur responsabilité. Si une large majorité se dégage dans un sens ou dans un autre nous irons dans ce sens. Si, enfin, le sujet n’est pas tranché, je proposerai au conseil municipal d’organiser ce référendum car c’est une décision irréversible que nous prendrons. »

Si la population se prononce en faveur d’une commune nouvelle, avec quelles communes allez-vous ouvrir le débat ?

« Le débat est ouvert entre les communes de La Perrière, Le Gué-de-la-Chaine, Origny-le-Butin, Sérigny, Saint-Ouen-de-la-Cour, Eperrais et Dame-Marie. Vaunoise s’étant retiré du projet initial à quatre, cinq. »

Et combien de temps vous donneriez-vous pour réussir cette nouvelle entité ?

« Une des difficultés de l’exercice est la rapidité, voire l’urgence, avec lesquels il faut se prononcer pour élaborer un projet, qui à cette heure n’est pas arrêté. Il faudra être opérationnel pour le 30 juin. »

61360 Chemilli
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s